Cette décision est consécutive à un amendement que vient de prendre la Commission Mixte Paritaire composée de sénateurs et dedéputés dans le cadre de l'examen de la loi ELAN (Evolution Logement et Aménagement Numérique).
Cet amendement qui corrige la loi SRU en relevant le seuil des communes d'Ile-de-France (hors agglomération parisienne) de 1500 à 3500 habitants, avait été rejeté en première lecture par les deux chambres, Sénat et Assemblée Nationale.

La bonne nouvelle m'est parvenue mercredi 19 septembre dernier à 22h00 sous la forme d'un SMS de notre député Jean-Noël Barrot : «Cernay est sauvé!»
Ce message était l'aboutissement d'un long et minutieux travail entrepris par Jean-Noël Barrot et sa suppléante Anne Grignon pour préparer un texte et un argumentaire acceptable alors que la loi logement est un sujet très sensible politiquement.
Ce travail nous l'avons mené ensemble aussi je ne vous cacherai pas ma satisfaction.
Cela faisait 5 années que nous nous battions pour obtenir la révision de la loi.
Au tout début nous avons avec l'aide de la Communauté d'Agglomération Rambouillet Territoires déposé un recours en justice pour faire valoir «notre incapacité à réaliser», recours rejeté au motif qu'une loi s'applique.
Parallèlement nous avons entrepris une négociation pied à pied avec les services de l'Etat dans le cadre de la révision de notre PLU pour obtenir une diminution du nombre de logements à construire.
Cette négociation a débouché sur deux avancées significatives en obtenant d'abord la réduction de 160 logements à seulement 37 puis l'annulation des pénalités financières pour trois ans.
Nous sentions bien que les choses évoluaient dans le bon sens mais seule une correction de la loi pouvait mettre un terme à ce que nous percevions comme une aberration.
Au Sénat, Gérard Larcher Président et Sophie Primas rapporteur de la loi, essayaient d'obtenir depuis plusieurs années un consensus débouchant sur cette révision.
Je veux saluer l'approche pragmatique de notre député qui, grâce à une écoute attentive et à une analyse très fine, a su sérier les problématiques des petites communes comme la nôtre, qui ne présentent pas un enjeu fondamental pour la pénurie de logements sociaux.
La mesure ne sera effective qu'après ratification de la loi ELAN par les deux chambres, Sénat et Assemblée Nationale.
D'ores et déjà, je tiens à exprimer, au nom des tous les Cernaysiens, à tous les parlementaires qui ont permis d'aboutir à cet amendement et en particulier à Monsieur Jean-Noël Barrot, député, et Madame Sophie Primas, sénatrice, toute notre gratitude.
Nous allons pouvoir envisager l'avenir plus sereinement tout en restant solidaires de l'effort porté par l'ensemble des collectivités territoriales pour combler la pénurie de logements dits à caractère social.
Pour preuve, très prochainement, nous inaugurerons deux logements de type très sociaux réalisés dans le presbytère en partenariat avec l'association Solidarité Nouvelle Logement.
L'intérêt général a toujours guidé notre engagement municipal, je suis convaincu qu'il est et sera le garant de notre bien vivre ensemble.

Bien cordialement,
votre maire, René MEMAIN