L'ampleur de la fronde populaire «des gilets jaunes» qui s'est exprimée ces dernières semaines est le signe d'une crise politique, démocratique et sociale profonde.
La baisse du pouvoir d'achat et un sentiment d'abandon sont à l'origine d'une défiance vis à vis de nos institutions, du Président de la République et du pouvoir politique en général et du refus d'un prélèvement de l'impôt devenu insupportable. Le mouvement des gilets jaunes d'initiative citoyenne, spontané d'un genre nouveau, illustre une colère réelle et un malaise qui doit être entendu.


Hétérogène tant du point de vue des catégories sociales représentées, des convictions politiques de chacune et chacun, que des territoires de mobilisation, c'est en grande partie la France périphérique qui manifeste son mécontentement.
Par nature le mouvement des gilets jaunes n'est pas organisé, si bien que l'absence de représentants et le souhait de ne pas en avoir compliquent la concertation vouant à l'échec les tentatives de médiation.

Il y a urgence car, malgré les mesures déjà prises par le gouvernement pour satisfaire à quelques revendications, d'autres attentes demeurent et la mobilisation perdure.

Face à cette situation, le pouvoir politique s'organise pour créer du lien le plus largement possible, de façon pacifiste et constructive avec la population.
Collecter, au plus près du terrain, la parole de celles et ceux qui ne se sentent pas entendus ou représentés: tel est l'objectif.
La méthode n'est pas encore totalement arrêtée mais pour organiser ce grand débat national, la parole pourrait être recueillie au niveau des mairies sous forme de cahier de doléances et les maires sollicités pour organiser des réunions et des débats publics. Charge ensuite aux élus locaux de faire remonter ces informations au plus haut de l’État pour être examinées et traitées, à l'image de ce qui se passe déjà au niveau de la commission nationale du débat public.

L'année qui s'ouvre à nous devrait être le début d'une nouvelle démocratie plus participative.

En ce début janvier, je forme, au nom de l'ensemble du Conseil Municipal, pour notre pays les voeux d'une société apaisée et fraternelle, et souhaite à chacune et chacun d'entre vous une très belle et très heureuse année 2019.

Bien cordialement, votre maire, René MEMAIN